You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Archéologie - Projet d'Archéologie Inca, Pérou par Alexis Blanchard

Archéologie, Pérou, par Alexis Blanchard Archéologie, Pérou, par Alexis Blanchard Archéologie, Pérou, par Alexis Blanchard Archéologie, Pérou, par Alexis Blanchard Archéologie, Pérou, par Alexis Blanchard Archéologie, Pérou, par Alexis Blanchard Archéologie, Pérou, par Alexis Blanchard

Mon expérience au Pérou :

Tout a commencé en mai je crois! Je cherchais un voyage dépaysant, un grand voyage pour me sortir de mon train-train. L'humanitaire m'ayant toujours attiré, je cherchais également un voyage où j'aurai l'opportunité d'aider avec mes moyens une population qui en a besoin. Après beaucoup d'heures à chercher sur Internet j'ai trouvé le site de Project Abroad. Il ne m'a pas fallu longtemps pour tomber sur le projet « INCA », une mission dont l'activité emblématique est l'archéologie. C'est donc très tard dans la nuit que je me suis décidé devant mon ordinateur pour ce qui allait être la plus belle expérience de ma jeune vie.

Une chose qui m'a beaucoup rassuré tout de suite avec Projects Abroad a été l'accompagnement après ma réservation via Internet! J'ai été informé très rapidement et de façon très détaillée sur le déroulement de ce qui allait se passer. Mon voyage a commencé le 2 août 2009. Projects Abroad avait réservé pour moi les billets d'avion. A mon arrivée à Cuzco après une journée passée dans les avions et aéroports d'escale, j'ai été accueilli par Ernesto, un membre du staff de Projects Abroad Pérou. On est allé chercher trois autres volontaires Benjamin McNamee Smith de Caroline du Nord, Camilo Tapia Urdaneta de Californie et Anne Pacita Boulton de Grande-Bretagne. Pourquoi cette précision? Parce que ce sont trois personnes, entre autres, qui pendant un mois ont partagé mon quotidien au Pérou. Nous avons visité ensemble pendant nos temps libres et nos week-ends ce que le Pérou compte parmi ses plus beaux sites archéologiques (le Machu Picchu par exemple).

Cette expérience, ce voyage, les activités, les paysages, tout était magnifique! Mais rien n'a été aussi enrichissant que les rencontres que j'ai pu faire là bas. J'en profite pour préciser que l'espagnol est certes important à maîtriser mais l'anglais est aussi très utile. Le projet Inca a cette spécificité par rapport aux autres projets que tous les volontaires logent dans un bâtiment et non pas chez l'habitant. Du coup, les amitiés entre les volontaires et le staff se sont construites rapidement. Les semaines semblaient être des mois et les échanges entre personnes venant d'horizons différents et parlant des langues différentes, m'ont enrichi au-delà de mes espérances.

Les activités du projet Inca ont été très variées et très enrichissantes aussi au cours des deux mois de ma mission au Pérou. En général, une semaine classique s'organisait de la façon suivante :

  • Deux matinées dans la semaine étaient généralement consacrées à la fouille et au nettoyage de ruines dans la montagne dont s'occupe Projects Abroad (mandaté par l'institut archéologique de Cuzco).
  • Une matinée par semaine était consacrée aux excavations, à la cartographie, au démontage et remontage de ruines, sur le site principal archéologique (dans la vallée), en collaboration avec les archéologues péruviens. Au fur et à mesure, les activités changeaient (j’ai fait surtout des excavations, tandis que les volontaires après moi, ont fait surtout de la cartographie et démontage/remontage de mur).
  • Les après-midis étaient consacrés le plus souvent, de 14h/14h30 à 17h/17h30 (en fonction de l'ensoleillement), à des activités sur la propriété qui entoure le bâtiment du projet Inca. On y pratiquait par exemple le reboisement de plusieurs espèces d'arbres (fruitiers ou autres), destinés avec d'autres cultures à assurer de plus en plus l'autonomie de la communauté de volontaires. Certaines fois, on émiettait du maïs que l'on donnait ensuite aux poulets.
  • En fin d'après-midi il était de coutume de faire du sport tous ensemble, essentiellement du volleyball et parfois du football. Il arrivait régulièrement que l'on joue aussi avec les membres du staff et/ou les gens du village d'à coté, un village appelé Huyro dans lequel on passait nos débuts de soirée autour d'un verre ou d'une glace tout en discutant.
  • Régulièrement, le matin le plus souvent, du temps était consacré à des missions plus sociales : repeindre une école, distribuer du matériel scolaire ou des brosses à dents aux enfants.
  • La matinée du vendredi était consacrée au ménage des parties communes et des chambres du bâtiment dans lequel résident tous les volontaires du projet Inca. L'après-midi était libre. Les volontaires, par groupe ou seuls, partaient donc en week-end pour visiter les sites archéologiques majeurs qui entourent Cuzco.

Un point négatif néanmoins... LES MOUSTIQUES! Un petit conseil, le « Force 5 » vendu en pharmacie n'a pas du tout marché pour moi! Ils avaient même l'air d'apprécier le goût. Par contre, le répulsif vendu sur place dans un flacon vert est très efficace, il fait protection solaire en plus. Et le prix est dérisoire face au « Force 5 » de nos pharmacies.

Voilà, j'espère avoir été aussi précis et honnête que possible! Bon courage et si vous y allez, bon voyage, vous ne le regrettez pas!

Alexis Blanchard

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.