You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Mission humanitaire - Missions humanitaires générales, Afrique du Sud par Apolline Chaize

Mission humanitaire et stage en business, Afrique du Sud par Apolline Chaize Mission humanitaire et stage en business, Afrique du Sud par Apolline Chaize Mission humanitaire et stage en business, Afrique du Sud par Apolline Chaize Mission humanitaire et stage en business, Afrique du Sud par Apolline Chaize Mission humanitaire et stage en business, Afrique du Sud par Apolline Chaize Mission humanitaire et stage en business, Afrique du Sud par Apolline Chaize Mission humanitaire et stage en business, Afrique du Sud par Apolline Chaize Mission humanitaire et stage en business, Afrique du Sud par Apolline Chaize Mission humanitaire et stage en business, Afrique du Sud par Apolline Chaize

Voilà deux ans que je travaillais en cabinet de gestion patrimoniale, chaque jour était un défilé de Rolex, de voitures de luxe et les discussions tournaient uniquement autour de l’argent. Je me sentais perdre quotidiennement certaines de mes valeurs. J’ai donc tout arrêté afin de me retrouver. Après cinq années d’expériences professionnelles dans différents secteurs, j’ai donc décidé de faire un bilan de compétences afin de me rediriger professionnellement. Puis, vient la prise de conscience de votre situation ; pas d’emploi, pas d’obligations, pas d’enfants… Il était pour moi le moment de concrétiser un désir.

Ce désir je ne l’ai pas choisi par hasard car découvrir l’Afrique et y faire de l’humanitaire me suivait depuis bien longtemps. J’ai ajouté à cela mon désir de perfectionner mon CV en faisant un stage business. Me voilà partie loin de mon pays, pour mon premier voyage en solitaire et avec le challenge de la langue. Car oui, je ne maîtrisais pas un seul mot d’anglais. Une fois dans l’avion je ne pensais pas que j’allais vivre l’expérience la plus marquante et la plus extraordinaire de ma vie.

C’est à Steenberg que j’allais devoir vivre et surtout me construire cette nouvelle vie de trois mois. Elle commença par des impressions très sereines. Une fois le pied posé à Cape Town, aucune peur, aucune crainte, comme si je connaissais déjà tout d’ici. Et pourtant, il n’y avait jusqu’alors aucun passé, seulement un présent de quelques minutes. Cette sérénité a continué étant donné qu’un employé de Projects Abroad, Shuan, s’est chargé de m’enseigner comment circuler dans Steenberg, se rendre à l’office de Projects Abroad, utiliser le minibus, etc. Car oui, l’utilisation du minibus fait partie de ces choses typiques d’Afrique qu’il faut vivre autant que vous le pouvez ; il faut imaginer une camionnette un peu bancale, avec une quinzaine de personnes à l’intérieur et des compteurs de vitesse qui ne tournent plus. Pour payer le trajet, l’argent circule entre les mains de chaque passager, le chauffeur klaxonne toutes les deux minutes et un rabatteur crie par la fenêtre afin de faire monter les passagers et la musique y est des plus fortes. Une fois sur Newland, lieu où se trouve le bureau, vous faites la connaissance de tout le staff de Projects Abroad. Un staff très agréable, à l’écoute et très réactif.

Me voilà bientôt proche de débuter ma mission humanitaire. Je fais celle-ci chez Where Rainbows Meet dans la communauté Vrygrond/Capricorn; une structure accueillant des enfants dont les parents sont sous l’emprise de l’alcool et de drogues. Je ne pensais pas qu’en étant auprès de ces enfants j’allais apprendre autant de choses. Car ici, il ne faut pas venir avec l’idée de tout changer et de se sentir supérieur du fait d’avoir évolué dans un milieu éducatif et scolaire bien structuré. C’est en se mettant tous dans l’idée que chacun apporte à chacun que les choses grandissent et s’améliorent. Que ce soit dans une relation parents/volontaires, enfants/volontaires et même volontaires/volontaires.

Dans cette crèche faite de containers, managée et créée par Mymoena, une femme charismatique, de caractère, et pleine d’ambitions pour sa communauté, j’avais en charge avec d’autres volontaires d’accompagner les enfants, de leur donner de l’affection, de l’attention, de partager avec eux différentes activités. Il faut également ne pas hésiter à prendre les devants avec les collègues de Rainbows afin de proposer un maximum d’idées et les concrétiser ensemble. Car vous savez que le plus utile est de commencer par le commencement, qui est améliorer ce qui existe déjà.

Chaque jour est émotionnellement difficile mais ici on apprend à tout supporter car nous n’avons pas le choix ; il y a parfois des violences dans la rue, le matin vous découvrez que le portique des enfants a été saccagé, vous apprenez qu’un enfant a été maltraité… mais à côté de tout cela, quand les enfants chantent, dansent, viennent vous faire un câlin, vont vous chercher une petite fleur en guise de cadeau, vous prennent la main, tombent et se relèvent sans jamais une larme; vous oubliez vite le contexte car vous êtes toujours à 100% dans ce que vous vivez auprès d’eux. Il n’y a donc pas de place pour pleurer si ce n’est d’émotion. Bien loin de toute sensation de frustration, de manque de confiance en soi, de doutes, vous réapprenez à vivre avec un cœur plein de bonheur, de sérénité, de courage et de fierté.

Après avoir réalisé cette mission humanitaire, j’ai continué avec un stage en Business. J’ai eu la chance de le faire dans la même structure, chez Rainbows, ce qui me permettait de voir tous les jours les enfants et de consolider mes relations avec les parents des enfants. Car malgré un mois éprouvant du fait de très mal maitriser l’anglais, vous faites rapidement d’énormes progrès qui vous permettent de vous adapter à toutes situations et à avoir de nombreuses relations sociales.

Mon stage business était des plus intéressants. Il touchait à la réinsertion professionnelle, à l’acquisition de nouvelles compétences afin de perfectionner les CVs de ces gens qui ont abandonné leurs études il y a bien longtemps, à des meetings où l’on accompagne dans la création d’entreprise. C’est un projet où l’on voit les choses évoluer sûrement. Ce projet est d’autant plus intéressant qu’il y a ce lien direct avec des adultes, ce qui vous ouvre encore plus les yeux sur la réalité des conditions de vie dans un township.

Votre séjour en Afrique du Sud restera le vôtre. Vous serez maître de ce que vous allez y construire, y vouloir et y rechercher. Vous pouvez vous tisser de superbes relations et de beaux souvenirs avec les volontaires venus de différents pays, tout comme, vous pouvez faire comme moi, chercher à être au plus proche des conditions de vie du township en ayant vos propres amis dans la communauté, avec lesquels vous vivrez dans la misère des expériences bouleversantes et inoubliables.

Faites et apprenez de ce voyage ce dont vous avez besoin mais faites-le…

Apolline Chaize

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.