You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Mission humanitaire - Missions humanitaires générales, Éthiopie par Audrey Allard

Audrey Allard - Ethiopie

« J'ai été touchée par la générosité, la gaieté et le cour de ces enfants et des Ethiopiens. Lorsque je suis partie, c'est moi qui me suis sentie orpheline par tout l'amour que je leur avais donné et qu'il m'ont rendu ».

Lorsque je suis arrivée en Ethiopie, je ne connaissais pas grand-chose de ce pays, j'ai pu ainsi découvrir par moi-même, sans aucun a priori, la vie que mènent les Ethiopiens. C'est la plus belle façon de travailler et de voyager en même temps.

J'ai été placée à l'orphelinat de Kechene à Addis Abeba. C'est un centre mixte jusqu'à huit ans puis dépassé cet âge exclusivement réservé aux filles. 200 enfants y vivent à ce jour. J'ai été accueillie avec beaucoup de joie et parfois un peu de curiosité (car pour certains petits j'étais la première blanche qu'ils rencontraient).

Le personnel de l'orphelinat m'a tout de suite intégrée comme un membre de leur équipe à part entière et ne recevant pas énormément de volontaires, ils m'ont beaucoup chouchoutée !

Après quelques jours pour trouver mes marques, je me suis sentie à l'aise car les Ethiopiens et encore plus les enfants sont très ouverts et demandeurs pour faire connaissance. Pratiquement tous les soirs, je restais après ma journée de travail pour discuter de nos cultures respectives avec les filles. Etant la première française de Projects Abroad à aller en Ethiopie, le travailleur social du centre m'a laissée une grande autonomie pour m'organiser comme je le souhaitais. La matinée était donc réservée aux adolescentes pour des activités physiques et sportives (volley-ball, football, jeux de groupes.), pour des cours d'anglais et de français. Un des derniers jours, le directeur avait réussi à acheter un ordinateur, j'ai donc formé la bibliothécaire et montré un peu aux enfants comment s'en servir. Après ma pause déjeuner avec mes collègues, je restais tout l'après midi avec les tous petits, pour jouer, les faire manger, les laver ou juste leur donner de l'attention. Cela a été pour moi vraiment enrichissant mais parfois difficile de voir tous ces petits bouts de choux qui ne voulaient qu'une seule chose : qu'on s'occupe d'eux et qu'on les aime. C'est à ce moment que l'on se rend compte combien ces institutions manquent de moyens et de personnel. J'ai pu aussi préparer certains bébés pour des adoptions auxquelles j'ai assisté ou bien aidé les « mamans » à les emmener chez le médecin. Tous les enfants ont été formidables et aujourd'hui encore je ne me vois pas ne jamais les revoir. J'ai gardé de bons contacts avec l'orphelinat alors de temps en temps je les appelle et ainsi je peux parler un peu aux enfants et j'en profite pour vérifier si tout le monde va bien à l'école !! Ce pays et tous ces gens m'ont tellement touchée que lorsque je peux, j'envoie des petits cadeaux car je sais que pour eux c'est important.

En règle générale, la vie de la population est très difficile, l'Ethiopie reste un pays avec une grande pauvreté, vous croiserez un grand nombre de mendiants ou d'handicapés dans les rues car il n'existe quasiment aucune infrastructure adaptée. Cependant, il règne un climat de sécurité et vous pouvez vous déplacer dans la ville sans aucune difficulté. Les transports sont faciles d'accès et les chauffeurs de taxi ou les passants sont toujours prêts à vous rendre service.

Addis Abeba est une ville magnifique loin de ce que l'on imagine de l'Afrique, les immeubles se confondent avec les montagnes et les rues du centre ville sont assez fleuries, on appelle cette ville « la nouvelle fleur ». Grâce à ma famille, j'ai découvert des endroits insolites et extraordinaires où peut être je n'aurais pas pu aller si j'avais été seule. Il y a énormément de sites à visiter. J'ai vraiment noué des liens fantastiques avec ma famille qui m'a ouvert ses portes et sa vie. Le fait de vivre, de prendre les transports comme eux vous montre la réalité, ce que font les jeunes là-bas et c'est beaucoup plus vivant.

J'ai réellement passé des moments agréables et mon regret est qu'un mois est vraiment court ; cependant ces semaines ont été fantastiques et émotionnellement fortes. Pour mon dernier jour, les enfants avaient préparé une surprise en m'organisant une cérémonie du café très traditionnelle en Ethiopie. J'ai été touchée car ils m'ont offert des bijoux, des objets qu'ils avaient fabriqués eux-mêmes et un tas de lettres et poèmes pour que je ne les oublie pas lorsque je rentrerai chez moi ! Il est clair que lorsqu'on les voit, on a envie de faire bien plus mais je me dis que si j'ai pu juste leur changer un peu leur quotidien et donner envie ne serait-ce qu'à un ou deux enfants d'aller plus loin, c'est déjà beaucoup et c'est ma plus belle récompense.

Audrey Allard

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.