You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Écovolontariat & Environnement - Écovolontariat en forêt amazonienne, Pérou par Camille Marsan

Ecovolontariat en Pérou

Ecovolontariat en Pérou

Ecovolontariat en Pérou

Ecovolontariat en Pérou

Ecovolontariat en Pérou

Ecovolontariat en Pérou

Il y a exactement un an, la folle idée de partir loin de chez moi m’a traversé l’esprit. Bien sûr, étant très impulsive, j’ai tout de suite su que ce rêve devait impérativement se réaliser. J’ai donc parcouru le net à la recherche d’un indice, d’une destination et d’un projet. Lorsque je suis tombée sur le site de Projects Abroad, le projet d’écovolontariat dans la Jungle Péruvienne m’a complètement enchantée.

Alors je suis partie, avec mon meilleur ami, pour un mois dans la jungle Amazonienne. Étonnamment je n’étais pas nerveuse, j’avais hâte que tout prenne place et surtout hâte de commencer cette aventure.

Dès mon arrivée, on m’a présenté ce qui allait me servir de chambre pour le mois à venir. J’ai vite fait de me procurer un filet pour recouvrir mon lit contre les visites d’insectes. Ma première douche froide, je dois le dire, fût assez pénible. Mais on s’y habitue très rapidement et une fois habituée, on y prend du plaisir.

Les jours suivants, j’ai commencé à découvrir des paysages dignes des films : la canopée, atteignable par un pont suspendu, fût un excellent endroit pour profiter du coucher du soleil! Le projet tortue, m’a permis de naviguer le fleuve Madre Del Dios dès l’aube, avec le son paisible de la jungle et les couleurs vivantes du lever de soleil, un moment inoubliable, que je garderai en mémoire pour toujours.

Cette aventure m’a également permis de me dépasser physiquement. Et oui! Rien de mieux que de transporter des centaines de poches de sable pour garder la forme, ou encore, de marcher des heures de temps dans une jungle épaisse et mystérieuse.

Une leçon qu’on apprend bien vite à Taricaya, c’est de profiter des plus petits moments car bien souvent, même la caméra à la main, il est difficile de capturer en image les évènements les plus inattendus. Que cela soit un caïman qui surgit à seulement quelques mètres, un SpyderMonkey venant se joindre aux volontaires au sommet de la canopée ou encore un groupe d’une centaine de Pécari faisant éruption au beau milieu d’une traille, laissant comme seul indice, leur forte odeur.

Mes projets préférés étaient variés. Naturellement, comme la plupart des volontaires, j’appréciais l’activité Animal Feeding, qui consistait à préparer et à distribuer les plateaux de nourritures. Jamais je n’aurais cru avoir la chance de côtoyer d’aussi près des animaux sauvages et imposants. Pour ma part j’avais un petit faible pour Preciosa, la Jaguar et Shakira, un singe magnifique auquel je rendais visite chaque jour.

J’ai également eu beaucoup de plaisir à nettoyer l’enclos des pécaris, bien que je doive être la seule! Malgré leur forte odeur, ces petits amours ayant complètement réduit en lambeau mon imperméable, ont su m’attendrir.

Un autre projet que j’ai adoré, fût le projet des chauves-souris, qui consistait à analyser les espèces de chauves-souris et à en faire le recensement. Ce projet qui se termine tard le soir, permet de côtoyer la Jungle sous un autre angle plus sombre avec les oiseaux de la nuit et la noirceur de la jungle. La lampe de poche et les vêtements longs étaient de mises.

Également, les projets de construction et de renforcement des cages étaient très valorisants. Nous avons reconstruit un nouvel enclos pour Simba le Puma. Ce qui fût une belle réalisation car c’était quelque chose de vraiment concret sur laquelle nous avons dû tous travailler en équipe et aussi manipuler des concepts de construction avec lesquels j’étais peu habituée.

J’ai également assisté à une baisse de température intense. Ce qui était plutôt particulier dans un environnement tel que celui-là. Tous les volontaires ont alors bravé le froid vif, presque intolérable et ont unis leurs efforts pour protéger les animaux contre ce phénomène météorologique.

Au travers de tout ça, j’ai eu la chance de parcourir un peu du pays. Monter la montagne du Machu Picchu, qui restera à tout jamais l’une des plus belles journées de toute ma vie ainsi que l’une des plus épuisantes. Visiter Puerto Maldonado, les rues de Cusco et la vallée Sacrée. Mais également d’autre villages moins connus et beaucoup moins touristiques, ce qui m’a énormément plu. Cette escapade hors de la jungle fût un énorme plus à mon voyage dans lequel j’avais déjà eu mon lot de bonheur.

Il n’est pas sans mentionner le staff et les autres volontaires. Tous les gens que j’ai rencontrés là-bas étaient chaleureux et accueillants. Ce qui était vraiment bien, c’est de rencontrer des personnes de nationalités différentes: Français, Allemands, Suisses, Américains et mon ami et moi, les deux Québécois francophones! Je garde de Taricaya des souvenirs avec des gens incroyables ainsi qu’un échange culturel formidable. Mais encore mieux, j’ai eu la chance de rencontrer des gens avec la même passion pour le voyage que moi, auxquels j’ai pu m’identifier.

De retour au Québec, j’étais submergée par l’envie de repartir à nouveau. Une envie qui étonnamment ne s’est jamais estompé. J’ai appris beaucoup sur moi-même là-bas mais également sur mes capacités et mon attitude face aux évènements. Jamais je n’oublierai mon expérience dans la réserve écologique de Taricaya et mon aventure en général avec Projects Abroad. Je vous invite fortement à en faire pareil :)

Camille Marsan

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.