You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Mission humanitaire - Missions humanitaires générales, Cambodge par Camille Pliskal

Aider les enfants en Asie Camille en mission humanitaire au Cambodge Dans un orphelinat au Cambodge Petite Cambodgienne Scènes de vie en Asie Transport en commun Asie du sud-est

Je m'appelle Camille Pliskal, j'ai 17 ans, et un appétit de vie immense de découvrir le monde après être revenue de cette fabuleuse expérience que Projects Abroad a pu m'offrir en étant si jeune. Il y a déjà deux ans que je m'intéressais au monde de l'humanitaire, et que par curiosité je tapais "Projet humanitaire à l'étranger" risquant de ne rien trouver par rapport à mon âge et mon manque de qualification. Etonnement, surprise, en cliquant sur le site de Projects Abroad, j'ai tout de suite été conquise par leur organisation, et par leurs programmes si variés et très intéressants. Remplissant avec excitation mon inscription, je partais avec l'autorisation de mes parents et du haut de mes 16 ans en Afrique, au Ghana pour une durée de un mois. Ayant été très enrichie par cette première expérience, mais regrettant de ne pas être restée plus longtemps, je décidais qu'après avoir passé mon Baccalauréat ES, je pourrais me prendre une année sabbatique et aurais l'occasion de partir pour une durée de 4 mois en Asie du Sud-Est direction le Cambodge.

Me voilà à l'aéroport de Nice, partant à l'autre bout du monde toute excitée et à la fois terrifiée par cet élan de folie à mon âge. Après environ 16h de vol, et légèrement désorientée, le sourire de Chammy (coordinateur de Projects Abroad) a tout de suite remplacé ma frayeur et m’a redonné un bon coup de peps, c’est en arrivant à l’appartement, que mes repères me sont revenus, la chaleur humaine transmise par les autres volontaires m’a profondément touchée, j’ai été accueillie les bras ouverts par les « anciens » me racontant leurs expériences et leur déjà-vu, ce qui me donnait une terrible envie de découvrir la suite.

Ce voyage m’a profondément changée, j’ai rencontré des amis, des personnes ayant le même état d’esprit, j’ai appris à chaque discussion, à chaque débat, et je ne perdais pas une miette de ce que je pouvais découvrir. Chaque personne que j’ai pu rencontrer au cours de cette expérience m’a apporté, et certaines d’entre elles m’ont fait chaud au cœur. Ces personnes fabuleuses avec des histoires, et des vies à tomber par terre m’ont conseillée, ils m’ont fait grandir, et ont su répondre à mes questions, à mes inquiétudes. Ils ont été là pour moi, m’ont soutenue dans cette expérience et ont fait partie de mon voyage. J’ai adoré ce melting pot, regroupant des nationalités du monde entier autour d’une table, à discuter pendant des heures des cultures de chacun, et à rire aux éclats en se moquant des accents des uns et des autres.

Mais aussi quelque chose de très fort, ce pour quoi je suis venue : le volontariat, je dois dire que ma mission a été parfaite, malgré le manque d’indication, j’ai su prendre quelques décisions. J’ai tout de suite été émue de voir la joie des enfants malgré leur pauvreté. J’ai adoré chaque minute passée avec eux, à leur apprendre, à jouer, à donner, à respecter et à aimer. Je dirais qu’ils m’ont appris autant que j’ai pu leur apprendre, ils m’ont apporté du bonheur, de la joie, de la sérénité, et beaucoup de moralité, une belle leçon de vie. Ils m’ont appris à vivre, mais surtout à vivre heureux et simplement, et à apprécier ce qu’on avait, profiter au maximum de notre bonheur. Chacun de leur sourire et leurs éclats de rire me manquent. J’ai tissé des liens, malgré le manque de communication, nous avons pu partager beaucoup de choses. Ces enfants sont devenus mon rayon de soleil, qui devenait vital pour moi. Après 4 mois passés à la vitesse de l’éclair, il était pour moi l’heure de rentrer, j’ai profité chaque jour de cette chance qui m’a été offerte en étant comblée d’amour. L’émotion de mon départ a été une terrible épreuve, et les enfants m’ont beaucoup émue. J’ai aimé être une de ces « anciennes volontaires », une ancêtre pour tout dire, car il ne restait plus que moi après 4 mois pour guider les nouveaux et expliquer tous les petits coins de la ville ou des différentes missions et transmettre les secrets du Cambodge.

Cela n’a pas été facile tous les jours, il faut s’habituer à cette perpétuelle pauvreté, s’adapter aux coutumes, au style de vie, à ce nouvel environnement qui est à l’opposé du nôtre, et qui parfois peut être troublant. Il ne faut pas juger, il faut prendre du temps, être à l’écoute et surtout ne pas venir en ayant en tête de changer le monde, ce qui peut être frustrant. Il faut sans cesse se souvenir que nous ne sommes pas en France, et que les choses fonctionnent différemment ici, au Cambodge. Ce que nous faisons ne pourra changer le pays, nous sommes tous petits face à cette immense pauvreté, mais la motivation est notre plus grande qualité et notre plus grande force, ce que nous faisons à une échelle minuscule nous le faisons avec notre plus grande volonté et notre plus grand enthousiasme. Certes, nous n’améliorons pas la qualité du pays, mais nous faisons peut-être une différence dans le cœur de ces enfants, et nous pouvons leur apporter tout notre amour, ce qui est de loin très important et utile pour eux.

Le Cambodge est un pays magnifique, et je le recommanderais à tous, c’est une culture qui m’a énormément touchée, une histoire qui ne laisse jamais indifférent et une population très attachante. Ce voyage a changé ma vie, il restera gravé en moi, il m’a fait devenir ce que je suis aujourd’hui, et m’a donné envie de continuer dans l’humanitaire. Je garde en mémoire tous les souvenirs, et les petites anecdotes, et je n’oublierai jamais ce que cette expérience m’a apporté. La richesse de cette expérience ne peut être mesurable, ou explicable, elle fait juste partie de moi, et me suit dans ma vie de tous les jours. Ce pays a été mon pays pendant 4 mois, j’ai adoré respecter les valeurs, traditions et coutumes de ce pays, comme un genre de « home sweet home ». J’espère un jour pouvoir revenir dans ce pays si fort en émotion.

Camille Pliskal

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.