You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Construction - Projets généraux de construction, Ghana par Clémence Gelée

Culture & Communauté (construction), Ghana par Clémence Gelée Culture & Communauté (construction), Ghana par Clémence Gelée Culture & Communauté (construction), Ghana par Clémence Gelée Culture & Communauté (construction), Ghana par Clémence Gelée Culture & Communauté (construction), Ghana par Clémence Gelée Culture & Communauté (construction), Ghana par Clémence Gelée Culture & Communauté (construction), Ghana par Clémence Gelée

Dans quelle optique partir ? Pourquoi décider de tout quitter pour quelque temps et tenter de rendre service dans un pays en voie de développement ? Est-ce vraiment ce dont j’ai besoin, ou simplement envie ? Comment ce sera ? Qui sera là ? Comment seront les volontaires ? Combien seront nous ? Mon projet sera-t-il vraiment utile ?...

Voilà une infime partie des questions qui peuvent venir en tête lorsque la décision de quitter son confort pour aider est prise. Ces questions sont de plus en plus nombreuses et diverses à l’approche de la date du départ. Projects Abroad prend le temps d’y répondre, de conseiller et nous trouvons toujours un interlocuteur dans le pays d’origine. Puis l’organisation fait qu’un contact est établi entre le staff du pays choisi et nous. Donc nous ne partons pas perdus. Le staff sur place nous renseigne le mieux possible. Ce qui n’est pas synonyme de renseignements véridiques mais au moins nous avons des renseignements et nous sommes calmés.

Le jour d’arrivée est souvent le plus surprenant et le plus déroutant, ce premier jour ne reflète cependant pas du tout la réalité. Nous sommes tellement contents et excités que toutes les surprises qui nous attendent sont prises en riant. Comme découvrir une maison sans eau ni électricité mais avec des prises. Ainsi la première semaine se passe, le volontaire va de surprise en surprise et découvre son nouvel environnement, ses nouveaux potes pour les mois à venir. Mais la deuxième semaine est plus compliquée. L’effet de surprise se dissipe, on commence à réaliser que nous sommes bel et bien partis et que ce manque de confort, ce pays flamboyant et hypnotisant par sa nature foisonnante sera notre environnement. Mais tous les mauvais côtés arrivent en cette deuxième semaine. Ceci sera ma vie. Avec des chèvres, trois chats, des poulets, le soleil qui se lève trop tôt et se couche aussi trop tôt, la poussière, la chaleur, les modes de déplacements… Tout est différent et ça peut être effrayant mais sans être paralysant. Notre corps nous donne les premiers signes de rejets (ou non) de cette nouvelle culture.

Le premier mois passe et le temps commence à être long, et rester trois mois avec une idée bien précise de ce que l’on est venu chercher, c’est une mauvaise chose. Je réalise très vite que je n’aurais pas la solitude tant attendue, et je me trouve tiraillée entre l’envie de faire partie de ce groupe de volontaires et l’envie de répondre à mes questions et mes envies seule. Nous ne pouvons pas être seuls quand nous sommes dans un groupe. Jamais. Venir pour faire une expérience de vie, pour grandir, apprendre c’est le but. Mais il ne faut pas partir avec une idée faite depuis longtemps. Rien ne répond aux attentes.

Le second mois est le plus long, même si c est le mois de février. Nous sommes dans un quotidien, une routine prise avec les volontaires et finalement l équilibre personnel se trouve seul, il ne faut pas le pousser, pas le brusquer, juste attendre.

Le troisième mois et dernier, passe le plus vite, les voyages pendant les week-ends sont comptés, et il faut recommencer à faire des choix. Choix de ce que l’on veut faire avant le retour dans le pays d’origine. Choix qui étaient plus faciles avant car « on a le temps, il me reste plus d’un mois ». Mais ce dernier mois est excitant et on veut le vivre à fond justement parce que c’est le dernier. C’est une expérience que l’on ne vivra pas deux fois. Donc ce dernier mois est passionnant parce que justement, nous attendons plus et nous répondons à nos envies personnelles. Les connaissances que nous avons faites sur place nous resterons, même sans revoir les personnes. Les noms, certains visages resteront parce que vous aurez vécu cette expérience ensemble. C’est unique. Pas forcément agréable, toujours surprenant, instructif. Le retour est agréable mais surtout avec la satisfaction d’être allé au bout du projet fixé. La vie reprend mais différemment. Toujours marquée par ce qui a été vécu au Ghana.

Clémence Gelée

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.