You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Écovolontariat & Environnement - Écovolontariat en forêt amazonienne, Pérou par Laure Cugnière

Ecovolontariat, Pérou par Laure Cugnière Ecovolontariat, Pérou par Laure Cugnière Ecovolontariat, Pérou par Laure Cugnière Ecovolontariat, Pérou par Laure Cugnière Ecovolontariat, Pérou par Laure Cugnière Ecovolontariat, Pérou par Laure Cugnière Ecovolontariat, Pérou par Laure Cugnière

Collège, lycée, baccalauréat, Bac+4 dans le secteur du management et de la communication, à 22 ans, je rentre parfaitement dans le moule et me trouve sur le chemin tout tracé de l’étudiant français. Or, au moment de mon diplôme, j’ai ressenti le besoin de rompre ce rythme et découvrir ce que j’avais réellement envie de faire de ma vie. Ne pouvant pas juste y réfléchir et rester inactive (et oui j’ai tout de même des parents), j’ai effectué des recherches sur Internet et ai découvert le volontariat international encore peu connu en France. L’organisation Projects Abroad basée à l’époque à Londres, a été ma solution. Liant l’utile à l’agréable, j’ai choisi de partir 6 mois pour des projets d’écovolontariat en Amérique du Sud, l’essentiel de mon voyage étant à la réserve écologique Taricaya, au fin fond de la jungle amazonienne péruvienne.

Le Pérou est un pays extrêmement connu et attirant de par la diversité de cultures, dont l’héritage Inca, mais aussi la profusion de la biodiversité et des paysages. Les péruviens sont très accueillants et joyeux, et si vous faites un minimum d’efforts pour apprendre quelques mots d’espagnol, l’accueil n’en sera que meilleur. J’ai donc pu, au cours de mon voyage, découvrir des cultures anciennes, sensiblement différentes de la nôtre, et un mode de vie plus simple.

Arriver après 1h30 de pirogue à Taricaya c’est comme pénétrer une autre réalité ! Le projet de Nando et Stuart, les managers de la réserve, est d’utiliser les 476 hectares de forêt pour faire des recherches sur la biodiversité péruvienne, éduquer les populations locales au respect de l’environnement et à l’utilisation de techniques durables de production et d’exploitation agricoles, mais aussi de servir de corridor naturel pour la faune sauvage entre la rivière Madre de Dios et la réserve nationale Tambopata. Cette mission m’attirait parce qu’elle est la plus diversifiée que propose Projects Abroad, et les activités et nouveaux projets y évoluent en permanence :

  • centre de secours pour animaux sauvages et réintroduction (consiste principalement en la réintroduction d’animaux utilisés comme animaux de compagnie en ville),
  • programme de conservation des tortues de rivières Taricaya,
  • observations et listing de la faune et flore locale : oiseaux (3 plateformes d’observation dont une à 45 mètres du sol dans un arbre de la canopée), mammifères (piégeage, photo…), amphibiens et reptiles (piégeage), étude des différents écosystèmes de la réserve et de l’interaction flore-faune selon les saisons,
  • projet pilote de ferme durable pour aider les agriculteurs de la région à mieux comprendre les enjeux et opportunités,
  • aide à la réserve Ese’eja, tribu en contact direct avec la civilisation « moderne » depuis une cinquantaine d’années, essayant de garder leurs traditions tout en survivant grâce au commerce de noix du brésil…

Au cours de mon séjour, j’ai eu la chance de vivre avec des volontaires de multiples nationalités pour aider les biologistes dans leurs recherches pour la compréhension et la protection de la biodiversité. Ce voyage m’a permis d’accomplir des tâches dont jamais je n’aurais pensé être capable, soit par peur ou tout simplement parce que ce n’est pas possible en Europe. Manipuler des serpents, caïmans et autres mammifères ou oiseaux ayant besoin de soins ou d’être identifiés ; vivre dans un bungalow au milieu de la jungle, me brosser les dents le matin en tête à tête avec les singes écureuils, écoutant le bruit assourdissant de la nature ; monter un âne, gratter le ventre d’un tapir, tenir un caïman de 50 cm et un boa de 2 m dans mes mains, utiliser une demi bouteille d’eau pour déplacer la tarentule qui voulait élire domicile sur mon miroir ; planter, déplanter, replanter et goûter cacao, ananas, café, banane, mangue, papaye, gingembre, piment et autres douceurs ; voir naître et émerger du fond de la plage artificielle des tortues de rivière par dizaines ; nager dans des marais à la saison des pluies et voir un caïman déguerpir à notre approche ; pouvoir sentir d’abord et observer ensuite (avec beaucoup de discrétion) une bande d’environ 150 pécaris (gros sanglier amazonien) ; monter dans un arbre de 50 m de haut au petit matin pour voir se poser dans ses branches des oiseaux aux multiples couleurs comme des toucans, des aras ou des perroquets ; nourrir un jaguar, donner le biberon à un bébé singe araignée, promener un coati… J’en oublie, je pourrais vous noyer d’exemples et activités folles pendant des heures, les quelques 3000 photos que j’ai ramenées parlent d’elles-mêmes.

Je ne vous raconte même pas les soirées de folie, en ville, le week-end, avec les volontaires et nos amis péruviens, les semaines de voyage au Pérou, en Bolivie, en Terre de Feu chilienne ou au Brésil, les rencontres inoubliables, les amis qui restent, les volontaires qui ne repartent plus, et tout ce que je n’ai pas vu et que vous aurez la chance de découvrir par vous-même. Si vous avez envie d’aventure, changer d’air, « voir du pays », ne craignez pas les insectes (ils sont gros et bruyants), la chaleur et la boue, foncez, c’est une expérience unique à vivre en communauté et vous participerez à un grand projet.

Bonus à la clé, on se (re)découvre souvent ! Grâce à mon voyage à Taricaya, j’ai de nombreux contacts partout dans le monde, je suis devenue trilingue français-anglais-espagnol, j’ai eu la motivation de réaliser un master en Angleterre dans la conservation de l’environnement et du tourisme et je n’ai qu’une idée : quelle sera la prochaine destination ?

Laure Cugnière

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.