You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Mission humanitaire - Missions humanitaires générales, Sénégal par Marie France Derrien

 	Marie France Derrien - Sénégal

"Can I speak French please? Ok, Thank you very much. My English is very bad; so language of Senegal is French, isn't it?"

Le Sénégal, c'est pour moi une très vieille histoire personnelle mais je ne peux pas la raconter ici. Je ne suis ni journaliste, ni écrivain et je manque de cette forme de narcissisme qui pousse les personnes âgées comme moi à raconter leur vie.

Quoique mauvaise en anglais, j'ai choisi de partir avec Projects Abroad parce que je trouve les organisations humanitaires françaises trop souvent prétentieuses voire intolérantes, affichant une connaissance du bonheur des autres sans laisser sa place au doute.

Ce que je peux dire c'est que je me suis laissée porter par les personnes contactées ou rencontrées au cours de cette expérience.

D'abord il y a eu Frank Seidel à Grenoble : propos encourageants et rassurants au téléphone.

Puis il y a eu Jonathan et Krystina qui savent transmettrent par email un enthousiasme à toute épreuve.

Cuisine

Arrivée à Dakar, c'est là que commence l'histoire - avec, et surtout sans paroles - avec les Sénégalais, champions de la communication non verbale :

Issa qui ne ménage ni sa peine, ni ses sourires, ni ses "aller et retour" incessants entre Saint-Louis et Dakar pour accueillir les volontaires et les conduire à bon port.

Moctar qui a su me donner en temps utile de précieux conseils sur les comportements et attitudes à adopter à Saint-Louis par rapport à ma famille d'accueil, par rapport aux personnes qui vous saluent dans la rue et aussi par rapport aux Talibés mendiants etc. Moctar m'a également prodigué des conseils pour les questions pratiques : les magasins d'approvisionnement, les banques, les taxis etc. Il s'est inquiété régulièrement de mon devenir au cours du séjour. Et puis, j'ai appris de lui comment tenir le coup et rester efficace quand les images sont trop fortes : zapper !

Formation sciences de la vie

Au centre AFE où j'étais placée, j'ai été très surprise d'être immédiatement intégrée dans cette équipe si motivée : Seybatou, Saly, Fatim, Oumou et les autres, et bien sûr Maodo Diagne. De Maodo, je dirais qu'il a la capacité de vous montrer l'arc en ciel dans chaque petit rayon de lumière blanche. Est-ce parce qu'il est Toucouleur ? J'ai également beaucoup appris auprès de Rachelle Cumba qui était arrivée bien avant moi au centre AFE. Elle m'a montré par son attitude comment une volontaire de Projects Abroad peut trouver sa juste place.

C'est vrai, j'ai passé toutes mes journées au centre AFE, en dehors d'une demi-journée par semaine consacrée à rendre visite à l'équipe de Projects Abroad et à suivre le cours de danse africaine. Je n'avais pas envie de lézarder sur la plage et je me trouvais bien à l'AFE où j'ai essayé de répondre à la demande. L'équipe de Projects Abroad m'y a bien aidé. J'ai traité chaque demande comme un petit « project » en écrivant sur une page l'action à mener, le but recherché, le public visé, les moyens à mettre en oeuvre, la programmation de l'action. Je me suis efforcée de laisser une trace écrite de mon passage pour les volontaires qui prendraient le relais après moi.

Soutien scolaire

Je n'ai pas assisté aux Quiz, dommage, c'était trop tard pour moi et je me trouvais handicapée par mon anglais.

Un mot sur les cours de danse à la maison de quartier: Abdoulaï, Elico, Pape Samba et les autres. Ils m'ont fait fondre dès le premier cours. Je n'avais pas d'amertume sur mon âge avancé, ni sur les limites de mon évolution gestuelle; car au milieu d'eux, je n'avais pas d'âge et j'oubliais mon vieux corps.

Enfin je dirai un mot sur ma famille d'accueil Fily Bousso, Rhokahia et leurs 2 enfants. Avec les parents, j'ai pu avoir des conversations intéressantes sur la vie quotidienne des Sénégalais, la vie de famille et celle du couple,

la religion musulmane, la vie politique etc. Avec les enfants, j'étais assurée de l'animation dans la maison. Enfin, je n'oublie pas Fatou, la bonne (une vraie bonne !) qui m'a appris quelques danses coquines, ce qui m'a permis d'entrer dans les parties de rire des cercles féminins, ici ou là.

Merci à tous du fonds du cœur !

Marie France Derrien

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.