You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Mission humanitaire - Missions humanitaires générales, Maroc par Marie-Hélène Jean

Une volontaire se fait mettre du henné au Maroc Une volontaire monte à chameau dans le désert au Maroc Une volontaire avec des enfants marocains dans une famille d'accueil Un volontaire sur une planche de snowboard dans le désert marocain Une volontaire entourée d'enfants marocains dans une école

À la recherche d’une expérience vraie et enrichissante, le rêve d’une mission humanitaire avec des enfants m’est revenu. Lors du commencement de mes études en soins infirmiers, je prévoyais travailler à l’étranger, mais les événements de la viem’ont mené vers un autre parcours. Cet automne-là, l’appel de l’aventure, du dépaysement et d’un ressourcement s’est fait entendre.

Ainsi, j’ai débuté mes recherches sur internet et j’appréciais particulièrement Projects Abroad vu la possibilité d’un service et d’une mission en français. De plus, les années d’expérience de la compagnie ainsi que les équipes déployées sur le terrain m’ont convaincues. Bien entendu, j’avais de nombreuses questions, mais j’ai toujours reçu une réponse rapide et complète dans ma langue d’origine. Le site fût d’une grande aide pour préparer ma mission dans les meilleurs délais et à organiser mon financement. Un suivi téléphonique régulier m’était offert, ainsi je ressentais seulement de l’excitation et non de l’appréhension. Lire sur les expériences de volontaires et de gens ayant voyagé dans ce pays m’a aidé à me préparer matériellement et psychologiquement.

Pour ma part, le Maroc fut comme un second chez moi. J’ai été accueilli dès la gare par Mohamed, un employé de Project Abroad, puis nous avons marché dans la médina de Rabat pour me rendre à ma « maison ». J’ai rencontré ma famille d’accueil dès mon arrivée. Ensuite, j’ai eu du temps pour m’installer et voir les environs le premier jour. Nous avons aussi une rencontre pour nous informer sur la culture puis une pour nous présenter à notre milieu de travail (AMESIP1 à Sale) le deuxième jour. Tout est en douceur pour permettre une bonne adaptation. Un sentiment de bien-être et de découverte du début à la fin! Je n’ai pas connu le choc culturel au Maroc. Par contre, l’adaptation au retour fût plus difficile. Ce voyage m’a permis de préciser la vie que je souhaitais et les changements à effectuer pour y arriver.

Pour ce qui est de la mission, j’avais un horaire de travail régulier mais souple au besoin. Les gens du centre AMESIP étaient accueillants, chaleureux et généreux de leur savoir-faire/être avec les enfants. Ma mission consistait à mettre du bonheur dans la vie de ces enfants. Les enfants viennent du quartier même, Hamoulay Ismel. Leurs milieux familiaux et/ou sociaux sont difficiles (violence, pauvreté, drogue, abus, orphelin, parents mendiants, etc.). Ils sont âgés de 5 à 18 ans et certains ne sont jamais allés à l’école. Le centre offre une ambiance familiale et un accès facile aux intervenants. Il y a des cours adaptés et des activités en après-midi auxquelles je participais. J’ai réalisé une séance d’information sur le brossage de dents et chaque enfant a reçu une brosse et un dentifrice grâce à l’aide de Project Abroad. Danse, jeux, rire et amour tout au long de cette mission! Les enfants sont attachants et accessibles malgré la barrière de la langue (arabe). Certains enfants parlent le français et les intervenants aussi pour la plupart. Ainsi, la communication est intéressante et enrichissante. Mon départ fût chargé d’émotions positives et je conserve un merveilleux souvenir de cette journée. J’avais débuté avec l’idée que je ne pourrais changer leurs situations, mais que je ferais mon possible pour leur offrir un répit par ma présence. Chaque enfant son histoire et j’ai tenté de créer un lien avec chacun. Ils font preuve de résilience et j’ai beaucoup appris d’eux. Je suis toujours en contact avec certains enfants et le directeur du centre. Étant donné mon travail d’infirmière, j’ai déjà été confronté à des situations choquantes, donc leurs situations me touchaient profondément, mais je composais bien avec cela. Je voulais laisser un souvenir à chaque enfant. Ainsi, j'ai organisé une activité artistique et conservé chaque dessin. Ensuite, j'ai assemblé le tout et réalisé une murale pour le centre. Le dévoilement s'est fait le jour de mon départ. Désormais, elle est à l'entrée du centre.

En ce qui concerne ma famille d’accueil, j’avais une « maman » en or, Fatiha ! Deux enfants, Roulouth et Khalid, composaient la famille avec le « papa ». Tous parlaient le français excepté le père, Boumslaim. J’avais ma chambre intime et confortable avec un lit simple. Les maisons sont très humides la nuit selon la période... À ne pas oublier, c’est l’Afrique du Nord ! Les repas sont savoureux, en bonne quantité et les familles veillent à notre bien-être. Il y avait une douche avec eau chaude et une toilette comme en Amérique. La maison était au centre de la médina animée de Rabat. J’étais bien située avec la mer à 5 minutes, les cafés wifi, les souks tout près, la station de taxi et la gare à quelques minutes de marche. Je retournerais volontiers dans cette famille extraordinaire.

Enfin, le Maroc est un pays ouvert d’esprit. La culture est arabe et souple. Il est important d’être décent pour se sentir bien, c’est-à-dire épaules et cuisses couvertes. Il y a des femmes qui se voilent et d’autres non. Il est intéressant d’apprendre sur les coutumes. Durant les week-ends, j’ai pu visiter le Maroc. Surf, randonnée pédestre, visite de villes et villages étaient au rendez-vous! Je conseille fortement le désert et Chefchaouen. Les marocains sont accueillants et chaleureux. Les jeunes hommes sont polis, mais aiment dire des compliments aux femmes étrangères... Je conseille des écouteurs avec musique pour la médina! Je n’ai aucunement eu peur dans ce pays, au contraire, je me sentais chez moi. Bien entendu, il est de mise d’user de bon sens lorsque l’on est une femme qui voyage seule. De plus, l’équipe Projects Abroad organise une rencontre avec tous les volontaires chaque semaine et s’assure de notre bien-être avec un suivi hebdomadaire. Je pourrais vous parler durant des heures de cette mission. Je me suis fait de très bons amis avec Projects Abroad. Je souhaite de tout cœur avoir l’opportunité de revoir ma famille, les gens du centre, les enfants et ce pays magnifique !

Marie-Hélène Jean

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.