You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Archéologie - Projet d'Archéologie Inca, Pérou par Sabrina Pelletier

Sabrina Pelletier Sabrina Pelletier Sabrina Pelletier Sabrina Pelletier Sabrina Pelletier Sabrina Pelletier Sabrina Pelletier Sabrina Pelletier

Ne sachant trop vers quel programme me tourner à l’université, j’ai décidé de prendre une année sabbatique afin de travailler et de voyager. J’avais besoin de changer d’air, de découvrir de nouveaux horizons et de me découvrir moi-même. Je me suis donc mise à chercher un organisme humanitaire et je suis tombée sur Project Abroad. Hum… pas facile de choisir une destination et un projet parmi tous ceux offerts. Mon choix s’est finalement arrêté sur la mission d’archéologie au Pérou puisque je suis une passionnée d’histoire et depuis que j’ai écouté l’émission Les mystérieuses Cité d’Or j’ai développé une fascination pour le Pérou qui n’a fait que grandir avec les années. Je ne pouvais pas passer à côté de voir les Andes, les lamas, les condors, le Machu Picchu… j’en avais trop rêvé! C’était la première fois que je voyageais seule et l’équipe de Project Abroad a su me guider tout au long de la préparation de mon voyage. Ils ont pris en charge mes billets d’avion et mon assurance et ils m’ont donné des directives au fur et à mesure sur ce dont je devais emmener, sur où aller à mon arrivé, etc.

Le 14 avril 2012, c’est le moment du grand départ pour mon aventure péruvienne! Après de longues heures passées dans les avions et les aéroports, j’arrive enfin à Cuzco. On nous accueille moi et un autre volontaire et on nous fait faire le tour de la ville. Puis, en fin d’après-midi, on part enfin pour le petit village d’Huyro. 3 h 30 de chaos total à travers les montagnes avant d’arriver à El Establo, la ferme où demeurent ensemble tous les volontaires et par le fait même ma nouvelle maison pour le prochain mois. Je me souviendrai toujours de mon arrivée. Au début, j’étais sous le choc de voir les conditions dans lesquelles j’allais vivre pour un mois, mais tout de suite, les autres volontaires sont venus se présenter, ils m’ont aidée à m’installer et nous avons tous mangés ensemble avec les membres du staff. Je me suis alors sentie comme au beau milieu d’une belle grande famille et je me suis tout de suite très bien intégrée.

Dès le lendemain, le travail a commencé. Petit déjeuner à 7 h 30, puis on se prépare pour aller s’aventurer dans les montagnes avoisinantes : sauter de rocher en rocher, traverser une rivière sur un tronc d’arbre, se frayer un chemin à coup de machette et découvrir des ruines Inca et préInca, voilà en gros à quoi ressemblait une journée typique de travail dans les montagnes. Nous avons aussi eu la chance de cartographier certaines ruines. Je ne vous cacherai pas que c’est un travail assez exigent, mais lorsque vous vous assoyez au sommet de la montagne pour diner et que vous avez une vue imprenable sur les Andes, croyez-moi cela vaut tous les efforts du monde!

Au cours de la semaine, les journées de travail à la montagne sont entrecoupées de travaux communautaires. Lors de mon séjour, nous avons aidé à la construction d’une nouvelle église dans le village. Nous travaillions aussi à l’élaboration de jeux et de matériels pour l’école. Finalement, d’autres journées étaient consacrées à l'entretient del Establo et au travail à la ferme. Lors de ces journées, nous avions à nous occuper du compost, à nettoyer les drains d’eau à coup de machette, à égrainer du maïs séché, à planter des bananiers, etc.

En général, nous travaillions de 9 h à 16 h avec une pause d’environ 1 h pour le diner. Ensuite, tous les soirs après notre quart de travail, nous nous rassemblions chez Julio (dépanneur du village) pour prendre une bonne cerveza pour décompresser ou une crème glacée pour nous rafraîchir, sans oublier une assiette de picarones et une brochette de mystery meat! Ceux qui le veulent peuvent aussi aller jouer au volleyball ou au soccer avec les gens du village. Vers 18 h, nous retournions à la maison pour le souper (j’en profite pour mentionner que tous les repas étaient DÉLICIEUX; j’ai mangé comme une reine!) La soirée est généralement libre : on peut regarder des films, jouer à Jenga, Rummy ou aux cartes, lire, écouter de la musique, faire un feu et bien plus encore.

Les fins de semaine sont également libres. Le vendredi matin, tous les volontaires doivent participer au ménage de la maison et après nous sommes libres jusqu’à lundi matin. Pour ma part, la première fin de semaine, je suis allée faire une excursion d’une journée à Quillabamba où j’ai pu aller consulter mes courriels et faire des courses au marché. C’est une jolie petite ville à proximité d’Huyro. La deuxième fin de semaine, je suis allée à Cuzco. J’ai pu explorer cette magnifique ville riche en histoire et j’en ai profité pour acheter mes billets pour le Machu Picchu. La fin de semaine suivante, je suis partie pour Hydroelectrica avec quelques autres volontaires et nous avons marché jusqu’à Aguas Caliente, la ville au pied du Machu Picchu. La marche en vaut vraiment la peine pour les paysages et cela vous coûte moins cher que de prendre le train. Le samedi, je suis enfin allée au Machu Picchu, la cité perdue des Incas. Si vous allez au Pérou, vous devez aller voir cette merveille du monde! J’ai aussi eu la chance d’escalader le Huyana Picchu, la grosse montagne que l’on voit en arrière-plan sur toutes les photos du Machu Picchu. L’ascension en vaut vraiment la peine. Lors de ma dernière fin de semaine, je suis retournée à Cuzco pour prendre l’avion. Je tiens à dire qu’un mois dans ce projet n’est définitivement pas assez. Si j’avais pu, je serais restée volontier 3 mois de plus!

Cette aventure a été une révélation pour moi. C’est une expérience extraordinaire qui a mis à l’épreuve mon corps, mon esprit et mon cœur. Je n’oublierai jamais ce voyage pour tout ce qu’il m’a apporté : la confiance en moi, l’ouverture sur le monde, la débrouillardise, le goût de repousser mes limites… L’expérience de vivre en groupe avec des gens de 18 à 60 ans qui viennent des quatre coins du monde est aussi en soi une expérience formidable. Je me suis fait des amis de partout dans le monde et j’ai beaucoup appris sur différentes cultures. Sans oublier l’immersion à la culture péruvienne avec laquelle je suis tout simplement tombée amoureuse. La nourriture (alpaga, cochon d’Inde), les cérémonies (Pachamanka), les fêtes (fête du village), les légendes, les traditions et surtout la bonté et la générosité des gens ont su m’émerveiller. S’il y a un conseil que je peux vous donner, c’est de vous faire amis avec les gens du pays, car ils sauront vous faire apprécier plus que quiconque les beautés du Pérou. Alors si jamais vous passez à El Establo dans les prochains mois, saluez pour moi Dan, Iollan, Americo, Isa, Wily, Paty, Zenabio et Jhon, s’ils sont toujours aux alentours, car c’est grâce à eux que je me suis sentie comme chez moi au Pérou. En terminant, je dirais qu’aux termes de ce voyage, j’ai adopté le Pérou et le Pérou m’a adoptée. Je me fais la promesse d’y retourner un jour. Il m’en reste encore trop à voir et à découvrir.

Sabrina Pelletier

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.