You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Mission humanitaire - Missions humanitaires générales, Népal par Virginie Bellier

Mission humanitaire, Inde, par Virginie Bellier Mission humanitaire, Inde, par Virginie Bellier Mission humanitaire, Inde, par Virginie Bellier Mission humanitaire, Inde, par Virginie Bellier Mission humanitaire, Inde, par Virginie Bellier

Avant le départ. Début septembre, j’ai tenté une licence professionnelle dans le tourisme industriel. Au bout d’une semaine je me suis rendue compte que cela ne m’intéressait pas du tout et j’ai tout quitté au grand regret de mes parents et de certains amis. J’ai fait de l’intérim, et puis j’en ai eu assez de notre culture qui passe par la réussite sociale, l’argent… Parfois même avant le simple fait d’être humain. Du coup, je me suis dit pourquoi pas partir ailleurs, comme par exemple faire de l’humanitaire…

Et en tapant « missions humanitaires » sur Internet je suis tombée sur le site de Projects Abroad. Un site avec, il faut le dire un très bon aspect visuel, des renseignements, témoignages… Un site qui donne envie. Alors j’ai pris contact avec eux pour plus d’informations, faire un bilan de ce que ça va me coûter également et ils ont répondu comme à chaque fois très rapidement. En plus, ils m’ont vraiment bien renseigné sur les modalités à suivre pour les visas, vaccins...

Il est vrai que c’est un organisme qui coûte relativement cher, surtout si vous avez envie de faire comme moi deux pays (Inde et Népal) en deux mois et demi, et si vous prenez en plus tous vos billets d’avion par eux. Cependant, il faut savoir que vous êtes accueilli à l’aéroport, que vos repas et votre logement sont compris, et qu’ils sont là au moindre problème.

Pourquoi ai-je choisi l’Inde et le Népal? Sincèrement, je n’en ai aucune idée. Je voulais partir loin et surtout dans un pays qui ne ressemble en rien aux pays européens. L’Amérique ne me disait rien, donc je me suis tournée vers l’Asie. Et c’est là que m’est venue l’idée de choisir l’Inde et le Népal (car ce pays est juste au dessus de l’Inde). Ce que je regrette en rien.

Mon ressenti à l’arrivée en Inde. Après quatre aéroports et peu d’heures de sommeil, j’ai atterri au mois de novembre en Inde avec une chaleur qui me semblait étouffante. Et pourtant, c’était l’hiver chez eux. Comme convenu, un membre de Projects Abroad m’a bien accueilli, porté mes bagages… Ça peut sembler étrange ce que je dis, mais ces petites attentions font un grand bien, croyez-moi. Ils m’ont expliqué le déroulement de la journée, de mon séjour, m’ont montré les lieux…

Je suis arrivée à l’orphelinat qui compte 119 enfants, garçons et filles mélangés entre 4 et 22 ans. Je vous avouerais qu’au départ, je me suis demandée où j’étais et j’ai eu un moment de blues. Entre la chaleur, les enfants et les responsables qui me dévisageaient, avec leur accent anglais, j’ai un peu pris peur. D’ailleurs mon anglais n’était franchement pas terrible et pour les comprendre et me faire comprendre ce fut assez difficile au départ. Mais on est là aussi pour améliorer notre anglais. Bref, quelques moments durs, juste pour la barrière de la langue. Mais au bout de quelques temps on devient plutôt doué.

Quelques anecdotes, témoignages et mésaventures. Mon rôle était de jouer avec les enfants quand ils rentraient de l’école et de les aider lors des devoirs de 18 à 20h en anglais. Et en vivant et en « travaillant » avec eux, tu tisses des liens extrêmement forts et bénéfiques pour tous.

- Un accueil comme j’en ai jamais vu. Des gens polis, respectueux, souriants et qui prennent toujours le temps de discuter avec toi, de t’aider quand tu es perdue ou que tu as besoin de quelque chose… Tu as l’impression d’être le centre du monde, ce qui parfois est un peu gênant. C’est vrai, on se demande parfois pourquoi ils sont trop gentils avec toi, est-ce qu’ils veulent quelque chose en retour ?? Et bien non, c’est un principe de politesse pour la majorité. Incroyable.

- Ils s’intéressent à toi, à ta culture, comme ils aiment te raconter la leur. Ils m’ont emmené voir une cérémonie dans un temple, un mariage organisé car oui c’est une tradition là-bas, ils ne choisissent pas qui ils épousent, ils m’ont emmené manger des glaces en ville, m’ont offert des cadeaux pour noël car j’y suis restée novembre et décembre… Tu es malade, ils t’emmènent à l’hôpital, te font découvrir la ville. Tu te fonds dans la population locale. Tu finis par te croire indienne parfois, malgré ta peau blanche. La seule chose qui m’a « choquée » au départ, c’est quand tu te balades seule ou accompagnée tu as tous les regards braqués sur toi car tu es étrangère. Enfin, je parle pour les petites villes. Mais tu t’y habitues rapidement.

- Il m’est arrivé comme mésaventure le fait qu’un homme en ville m’a suivi partout où j’allais car il voulait un bisou (sur la joue) de ma part. J’ai pris un peu peur au départ, mais je savais que je pouvais appeler mes responsables à tout moment et ce monsieur, heureusement a fini par me laisser tranquille.

- Enfin, je travaillais la semaine et le week-end en général je partais visiter des villes que j’avais choisies. J’ai testé le train, les bus, des heures et des heures de bus… Il faut savoir que voyager seule en Inde, on ne risque pas grand chose. A condition évidemment d’être un minimum prudente. De plus, voyager seule vous permet de créer plus facilement des liens. D’ailleurs, j’ai gardé de très bons liens avec 2 jeunes hommes de Pondichéry ou j’étais pour le week-end.

Le départ d’Inde. Un moment très difficile, car on s’attache très vite aux personnes, encore plus quand se sont des enfants. Mais comme convenu un membre de Projects Abroad est venu me chercher pour m’emmener à l’aéroport et m’a offert un bon café pour me remettre de mes émotions.

Bilan :
- Une expérience unique et enrichissante
- Un énorme et agréable souvenir.
- Une meilleure culture sur leur mode de vie.
- Une fierté personnelle, car j’ai réussi à partir seule, enfin sans personne que je connaissais réellement. Se dire qu’on a été capable de le faire, et entendre de ses proches qu’ils sont fiers de nous… ça touche.

Mes aventures au Népal. Je vais faire plus court, car c’est pareil qu’en Inde, c’est à dire :
- Des paysages splendides
- Un accueil charmant
- La nourriture : du riz principalement
- Le week-end je visitais aussi seule

La seule différence, la température, il faisait plus froid, car j’y suis allée fin-décembre à mi-janvier. Par contre là, j’étais logée chez une famille d’accueil et j’allais dans une école enseigner l’anglais parfois même le français pour les plus courageux, et jouer avec eux.

Cependant, en ce qui concerne la famille, elle était très gentille mais avec mes autres colloc’ on les voyait seulement pour manger le soir, et on ne discutait par vraiment avec eux. Car on ne mangeait qu’entre nous. C’est le seul point négatif que j’ai trouvé. Enfin, j’y suis restée que 3 semaines, donc…

Bilan de mon séjour : GENIAL, que du positif, c’est une source de bonheur et de plaisir, en plus on se sent en paix avec soi-même.

P.S : Une responsable de Projects Abroad, m’a dit que c’est une bonne expérience quand tu es un peu perdue, car en rentrant tu ne sais pas forcément ce que tu veux faire et devenir, mais tu sais justement ce que tu ne veux pas devenir. Ça m’a ouvert les yeux. Et c’est une expérience inoubliable.

Virginie Bellier

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.