You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Ecovolontariat au Costa Rica

Résumé
Descriptif mission
  • LIEU DE MISSION : parc National Barra Honda
  • CENTRES D’INTÉRETS DE LA RECHERCHE : chauve-souris et primates
  • HÉBERGEMENT : dortoirs pour les volontaires dans le parc
  • DURÉE MINIMUM : 1 semaine
  • DATE DE DÉBUT : flexible

Lors d’une mission d’écovolontariat avec Projects Abroad, vous pouvez vous engager dans un parc national d’un des pays abritant la plus grande biodiversité au monde : le Costa Rica. Les écovolontaires travaillent au parc national Barra Honda dont la grande spécificité sont ses grottes sous-terraines. Vous participerez à des recherches scientifiques de biodiversité pour établir un inventaire de la faune et de la flore du parc et aiderez à créer l’infrastructure nécessaire pour faire profiter le parc davantage de l’écotourisme au Costa Rica. Une expérience unique dans la forêt tropicale en perspective, ainsi que plein de sujets de stages intéressants pour des étudiants !

Le Costa Rica ne compte pas moins de 26 parcs nationaux, couvrant 25% de son territoire ! Face à cette prolifération de l’offre, le parc national de Barra Honda, dispose de peu de ressources et de personnel. Il a donc du mal à tirer son épingle du jeu pour attirer les écotouristes ou les subventions de l’état. C’est pourquoi l’aide de nos écovolontaires est essentielle pour permettre au parc de protéger efficacement l’écosystème unique qu’il héberge.

Pourtant, Barra Honda ne manque pas d’intérêt : il abrite une des dernières forêts tropicales sèches d'Amérique Latine et, plus rare encore, un système étendu de grottes et cavernes dans son sol calcaire.

Les écovolontaires de Projects Abroad participent à de nombreuses actions visant à la sauvegarde de ce milieu :

Si vous êtes étudiant à la recherche d’un stage , la faible quantité de données actuellement disponibles sur l’écosystème du parc national offre une multitude de sujets de stages passionnants. Votre travail fournira la base pour les futures mesures de protection.

Mais tous les passionnés de la nature sont les bienvenus ! Comme pour les autres missions de volontariat et stages de Projects Abroad, aucune qualification particulière n’est nécessaire !

Ecovolontariat au Costa Rica 10 Éleménts-Clés

Écovolontariat au Costa Rica : participer à des actions environnementales et des recherches scientifiques

Préservation de l'environnement au Costa Rica

La forêt tropicale sèche compte parmi les écosystèmes rares au monde et a particulièrement souffert de la déforestation. La vie y est fascinante et diversifiée : les singes capucins côtoient des cactées, des singes hurleurs, des fourmiliers et un grand nombre d’espèces d’oiseaux. Mais la vraie composition de ce petit monde sur le territoire de Barra Honda est méconnue parce que le parc national n’a jamais eu les moyens de mener des recherches détaillées pour répertorier la faune et la flore.

À cause de ses faibles moyens, Barra Honda n’a jamais pu établir exactement quelles espèces sont présentes et en quelle quantité sur le territoire du parc. Or, ce savoir est essentiel pour une gestion efficace du parc.

Mise en place de pièges photo

Des appareils photos infra-rouge à détection de mouvement installés depuis 2009 ont déjà donné de précieuses informations sur le parc et ses habitants, et permettent de mettre à jour régulièrement les listes des espèces observées.

Différentes zones sont observées en détail sur différentes périodes de l’année, suivant un programme de rotation des pièges photographiques sur des durées de 7 jours.

Projet papillons

Douze filets à papillons sont placés aux mêmes endroits que les pièges photo, afin d’étudier les interactions de chaque espèce avec son environnement proche ainsi que les variations des périodes de reproduction. Les papillons sont d’excellents indicateurs des moindres changements car ils sont très sensibles aux variations climatiques, à la pollution, et à la destruction de l’habitat. Ils offrent aussi l’intérêt de polliniser des centaines d’espèces végétales, et la reproduction de certaines espèces repose entièrement sur les papillons. Des études sont aussi faites sur les œufs, les chrysalides, les chenilles et leurs plants de prédilection.

Projet chauves-souris

En 2011, notre projet Chauve-souris a été reconnu officiellement par le gouvernement du Costa Rica, plaçant ces chiroptères au rang des espèces protégées. Il est donc important de poursuivre ce travail d’étude de l’interaction des chauves-souris avec la forêt. Les différentes espèces et les endroits les plus peuplés sont identifiés à l’aide de filets-pièges. Ces filets sont posés le soir et les observations se font de nuit. Les spécimens collectés sont identifiés, photographiés et mesurés avant d’être relâchés. Comme les papillons, les chauves-souris sont très importantes pour l’écosystème : elles régulent des populations d’insectes, pollinisent la flore et fertilisent la forêt.

Projet de protection de l’ara rouge

L’ara rouge a toujours été très recherché par les chasseurs et braconniers pour ses couleurs éclatantes et sa grande beauté. Il est même parfois considéré comme un met culinaire rare ! Bien qu’espèce protégée par la convention de Washington (CITES 1), les œufs et les poussins continuent d’être victimes de vols et de trafic.

Les projets de reforestation poursuivent l’objectif d’offrir davantage de ressources de nourriture et de lieux de nidification. Plus directement, le projet vise à protéger les nids qui se trouvent près du parc, et notamment en un lieu identifié, accueillant chaque année deux paires de nids et régulièrement attaqué par des braconniers. Une présence et une surveillance doivent être assurées chaque jour, du début de la nidification jusqu’à l’envol des oisillons. Ce projet protégera 2 à 4 nouveaux aras rouges par an, une petite goutte pourtant indispensable à l’océan !

Suivi ornithologique

De la même façon que les chauves-souris, une journée par mois, des oiseaux sont capturés dans un filet afin d’être observés, identifiés, photographiés, pesés et mesurés. En plus de cette journée, des marches d’observation sont prévues 3 fois par mois pour identifier et enregistrer les espèces observées.

Projets de reforestation

Etude de biodiversité au Costa Rica

Une des activités majeures de préservation de l’environnement est la plantation d’arbre et les actions contre la déforestation. Une pépinière abrite et fournit de nombreuses espèces endémiques d’arbres utilisables pour replanter notamment dans les écoles et les exploitations locales, travail mené en collaboration avec les exploitants et les enfants de la région.

Cette pépinière doit aussi s’agrandir. Plus de 2000 jeunes plants attendent d’être replantés, mais beaucoup ne sont pas encore assez forts pour l’être. Il est nécessaire de semer et faire pousser de jeunes plants régulièrement sur du long terme pour que l’impact soit plus significatif dans les années à venir.

Cartographie par GPS

Une grande base de données a été récoltée sur le réseau de sentiers du parc, 75% du réseau étant déjà cartographié par GPS et 40% balisés tous les 25 mètres. Mais il reste encore beaucoup à faire, l’objectif étant d’obtenir une carte très détaillée du parc indiquant précisément les sentiers, rivières, cascades et tout élément géographique intéressant. Cette cartographie est réutilisée dans les autres projets : papillons, chauves-souris, et pièges photo.

Baliser le parc et les sentiers tous les 25 mètres est aussi important pour la sécurité des volontaires, des touristes et des permanents du parc, permettant d’identifier les zones sans le GPS, et bien sûr de ne pas se perdre !

Études climatologiques

Cette petite étude est pourtant cruciale : relever quotidiennement les résultats de la station météo du parc permet de suivre les changements climatiques sur le long terme, année par année. Nous relevons la pluviométrie, les températures (minimales, maximales et moyennes), la vitesse du vent, la pression atmosphérique et l’humidité, ainsi que les cycles lunaires et les heures de lever et de coucher de soleil. Ces informations aident à interpréter les causes de changement dans les comportements animaux et de variation de population ou de migration.

Projet de recherche sur les habitats

Etude des papillons en forêt tropicale

Lié au projet de recherche intensive et d’investigations ci-après, ce projet est aussi lié aux études sur les papillons et les chauves-souris ainsi qu’au projet de pièges photo. L’environnement de chaque zone d’étude doit être décrit précisément : tailles et espacement des arbres, nids et terriers, traces animales, présences d’insectes, etc. De ces données peuvent être extraites des indications et des classifications nous informant rapidement, par exemple, de la présence ou non de papillons.

Projet de recherche intensive

Sur certaines zones, les sentiers sont balisés tous les 5 mètres – et plus seulement tous les 25 mètres – pour mener des études détaillées encore plus précises : nids d’oiseaux, de chauves-souris et de mammifères, insectes, traces d’animaux, typologie de forêt, espèces végétales. Tout est enregistré et marqué au GPS pour que les détails puissent être mentionnés sur les cartes, et utilisés dans de futurs projets.

Randonnées exploratoires

Des marches exploratoires à partir du camp principal sont prévues une fois par mois. Ces marches permettent de voir ou d’observer d’autres espèces d’oiseaux, de mammifères ou de reptiles, ou encore des formations géologiques ou archéologiques intéressantes. Ces données « hors zones d’étude » sont collectées séparément et font l’objet d’un rapport annuel particulier.

Éducation au développement et communication touristique

Le parc mène des actions de sensibilisation environnementale et d'éducation au développement durable auprès des communautés locales et des visiteurs, dans lesquelles vous pouvez vous investir : des séances d’information sur la faune, la flore et les ressources locales sont régulièrement organisées, et des supports pédagogiques manquent pour mettre en valeur ces informations, et les laisser à disposition des visiteurs et des touristes. Si ce domaine d’action vous intéresse particulièrement, tenez-nous au courant : votre intérêt et vos compétences pourront être très utiles !

Maintenance des sentiers et des pare-feu

Le parc abrite des dizaines de kilomètres de sentiers et de nouveaux sont créés chaque année. La chaleur intense de la saison sèche oblige les rangers du parc à nettoyer régulièrement les sentiers afin de prévenir et pouvoir contrôler les feux de forêt. Ces sentiers, régulièrement nettoyés et foulés par les visiteurs, sont un des moyens les plus efficaces d’empêcher la propagation du feu.

Les véritables pare-feu ne sont autres que des chemins semblables à des sentiers, en plus larges, sauf que leur intérêt d’observation est bien moindre : il s’agit de lignes droites traversant le parc de bout en bout. Ils doivent être entretenus régulièrement de la même façon.

Maintenance générale

Hormis les études de biodiversité, les actions d’éducation à l’environnement et le travail de maintenance des sentiers et des grottes, les volontaires prennent part également aux travaux de maintenance des infrastructures générales du par cet des services aux visiteurs.

Faire un stage dans un parc national au Costa Rica, Amérique Centrale, dans le cadre de vos études

Barra Honda offre une multitude de possibilités passionnantes pour les volontaires qui souhaitent se faire créditer leur stage dans le cadre de leurs études. Notamment les étudiants en :

  • Biologie, Zoologie
  • Gestion et protection de la nature
  • Gestion de la faune sauvage
  • Environnement
  • Écotourisme
  • Etc.

Des ateliers et conférences sont aussi organisés sur des sujets d’écologie et de biodiversité du parc.

Conditions d’hébergement des écovolontaires au Costa Rica

Ecovolontariat au Costa Rica

Le travail occupe environ six heures par jour. Généralement, les journées commencent par des activités au cœur du parc (observations, marches, restauration, études, etc), et les volontaires travaillent plus près du camp les après-midi. Une grande pause en milieu de journée permet de se reposer et d’éviter les plus grosses chaleurs.

Les températures sont assez élevées toute l’année, mais il y a une saison sèche de décembre à avril et une saison humide de mai à novembre (notez que les saisons de pluie deviennent de moins en moins prévisibles). Cette saisonnalité n’affecte pas beaucoup les activités menées, il y a toujours à faire à Barra Honda, quelle que soit la période de l’année.

Les écovolontaires sont hébergés à l’entrée du parc national, près des rangers, dans un lodge. Ils dorment dans des dortoirs de 6 personnes, chaque dortoir disposant d’une salle de bain (eau froide !) et de toilettes. Un cuisinier local prépare trois repas par jour. Une salle commune permet aux volontaires de manger ensemble ou simplement de s’y retrouver.

Il y a la possibilité de passer la fin de semaine dans une ville proche, avec les autres volontaires de Projects Abroad à Libéria ou de visiter l'un des nombreux autres parcs nationaux du Costa Rica.

Tous les volontaires au Costa Rica ont la possibilité d’ajouter une Semaine Spéciale Écovolontariat à leur projet humanitaire, enseignement, encadrement sportif, journalisme ou cours d’espagnol.

Vous pouvez lire plus d’informations détaillées sur les objectifs de notre projet dans Plan d'action.

Rapport mensuel Plan d'action, Données et Rapports

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.