You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Journalisme - Projets généraux en journalisme, Sénégal par Lara Bosco

Sénégal, Journalisme par Lara Bosco Sénégal, Journalisme par Lara Bosco Sénégal, Journalisme par Lara Bosco Sénégal, Journalisme par Lara Bosco Sénégal, Journalisme par Lara Bosco Sénégal, Journalisme par Lara Bosco Sénégal, Journalisme par Lara Bosco

Saint-Louis, Sénégal 2011, mon premier voyage comme volontaire. Je suis enseignante d'italien en France, mais je choisis la mission de journalisme dans une radio. Je veux me plonger complètement dans la culture, je veux que ce voyage soit une rencontre et un échange. Je n'ai aucune expérience de journalisme ni de radio et je ne sais pas exactement quelles pourraient être mes attentes concernant ce stage. Je pars avec l'envie d'apprendre, découvrir et partager. Je laisse à la maison les préjugés et les phobies et je me mets dans les mains de l'équipe de Projects Abroad.

Fina, ma desk-officer à Saint-Louis, prend contact avec moi tout de suite après mon inscription au projet. C'est avec elle et ensuite avec Emma qui commence un échange d’e-mails parfois juste pour un petit coucou. Jusqu'au jour du départ, leur réponse a toujours été rapide et exhaustive et leur ton rassurant et gentil qui fait se sentir tout de suite partie d'une famille.

A la radio, l'accueil est des plus impressionnants parce que l'on a la chance de rencontrer un des personnages les plus connus au Sénégal et aussi à l'étranger: Golber, le directeur de la radio. Son charisme et son expérience, sans parler des titres honorifiques accrochés un peu partout dans les locaux, pourraient vous intimider si Golbert ne parlait avec autant d'humilité de sa carrière en s'adressant déjà à vous par "ma fille, ma chérie".

Ici aussi, l'idée de famille est très forte et tout le monde vous accueillera avec un sourire chaleureux et ouvert. La radio est une radio privée, qui a gagné sa crédibilité et son prestige grâce au directeur et à son équipe qui se sont battus pour garder leur indépendance. Pour cette raison, souvent on a l'exclusivité ou la priorité sur les interviews, les rencontres ou les débats.

Mon premier jour de stage, on me dit d'accompagner Ousseynou en reportage pour la proclamation des résultats du Baccalauréat. Donc, je me laisse conduire et je suis presque obligée de courir pour rester au pas d'Ousseynou, un géant d'environ deux mètres de taille!

Une fois au lycée, le jury n'a pas encore délibéré et nous, pendant ces deux ou trois heures d'attente, nous abordons un très large éventail de sujets : la politique, les coutumes, les traditions, le rapport homme-femme dans une ambiance détendue et sans tabous et nous jetons les bases d'une amitié qui ne fait que commencer. Entre deux blagues, il me suggère trois questions à poser au Président du jury, il me fait répéter et en voyant que je me mets un peu la pression il commence à rigoler et dit une phrase qui sera le leitmotiv de mon séjour: "Détends-toi, c'est un jeu!".

La proclamation des résultats est un moment solennel qui se déroule à la fenêtre d'une des salles du lycée. L'émotion est palpable parce que les élèves sont dehors sous le soleil de midi en train d'attendre le verdict depuis au moins deux heures. Puis, le président du jury se laisse interviewer sans problèmes par une "toubab" (blanche) qu'il n'a jamais vu avant! Mon accompagnateur s'amuse en voyant mon sérieux et mon investissement. Quand tout est terminé et que le reportage est prêt, tout le monde à la radio est content du travail et se presse à m'encourager... Il faut juste se lancer et eux ils feront le reste!

Ceci n'a été que le début d'une longue série de défis qu'à chaque fois on m'a lancés : la page internationale en autonomie, les reportages, les sondages d'opinion, le journal radio et même une annonce en wolof pour le DJ de la radio... « Ay Michel, ya dof dé!! »

Grâce à ce stage j'ai eu l'opportunité d'accéder à la vie politique et culturelle de Saint-Louis et du Sénégal en général car souvent les politiciens se rendent dans cette ville pour des débat et conférences. Par chance, j'ai aussi pu assister à un moment historique comme la pose de la dernière travée du Pont Faidherbe.

Ici, les gens se laissent interviewer sans trop de formalité, même si parfois la langue locale représente un véritable obstacle pour les blancs. Effectivement, le wolof est la langue la plus parlée à Saint-Louis et même si le français est la langue officielle, souvent les conférences sont en wolof, comme celle pour la notification du fond pour la micro-finance féminine. Mais il ne faut pas désespérer car vous pourrez toujours en profiter pour assister aux cérémonies d'ouverture qui sont folkloriques et solennelles, et puis il y aura toujours quelqu'un pour vous traduire l'essentiel!

Le Sénégal est un pays accueillant et ouvert, qui vous fera oublier le stress des horaires et des rendez-vous... auxquels vous arriverez toujours très à l'avance au point qu'à un moment donné vous vous demanderez si on ne vous a pas menti sur le décalage horaire entre le Sénégal et votre pays!

Mais cela aussi fait partie de la culture et pour l'accepter il faut se libérer des aprioris socio-culturels. Oubliez le dicton "Time is money" parce que ce sont souvent ces longues attentes qui vous permettront de rencontrer des gens extraordinaires ou de découvrir des aspects autrement inaccessibles aux blancs. Effectivement, plus vous vous montrerez patients, plus les sénégalais seront disposés à vous raconter leur formidable pays, celui que vous ne trouverez pas dans les guides touristiques car finalement la véritable richesse d'un voyage est dans l'échange et le partage.

Pour conclure, je voudrais remercier tous ceux qui ont contribué à faire de mon séjour une expérience extraordinaire et inoubliable.

Merci pour la disponibilité à la radio à commencer par Golbert, le directeur, Lamine, le technicien du son, Michel, le dj, Nabu, la gardienne et aux journalistes pour leur professionnalisme et un grand merci à mon très cher ami Ousseynou, qui m'a promis qu'il viendra me voir avec sa femme!

Naturellement je remercie et j'embrasse toute l'équipe de Projects Abroad pour leur gentillesse, et leur enthousiasme : Emma, Erica, Habib, Fina, Moctar, Zale et Tayib, vous êtes super!

Lara Bosco

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.