You are from: United States, Go to our American website.

Volunteer OverseasVolunteer Overseas

Écovolontariat & Environnement - Plongée & conservation marine, Thaïlande par Pauline Haber

Pauline , ecovolontaire en Thailande Préservation de l'environnement en Thailande Groupe de volontaire sur une plage thailandaise Collecte des déchets- thailande-environnement Conservation marine Thailande Plongée sous marine écovolontariat Thailande Paysages de Thailande

J’ai toujours voulu partir à l’étranger ! Pas que pour des vacances ou pour y faire du tourisme. Mais pour vivre l’étranger « de l’intérieur ». Après mes études et deux années dans le monde actif, cette envie a pris le dessus ! Et puis, d’ici quelques années je ne pourrais certainement plus partir aussi facilement. A 23 ans, c’est le moment ! Dernier élément décisif : j’ai une copine de voyage ! Pile le bon timing !

Mais comment partir ? Sur le papier ça a l’air simple : prendre un billet d’avion, trouver un travail et en avant l’aventure ! Dans la réalité, cela s’est avéré un peu plus compliqué : VIE, VIA, VSI… Beaucoup de possibilités en théorie ! Mais aussi une grande quantité de démarches, des conditions à remplir et une concurrence de folie. Partir pour une association humanitaire ? Même casse-tête : être investi dans l’association depuis longtemps, avoir des compétences spécifiques, …

Comment partir alors ? Merci internet, d’autres solutions existent ! Bien entendu pas tout à fait aux mêmes conditions : la plus grosse différence, bien sûr, étant qu’il faut payer pour s’inscrire aux projets et non être payé pour notre travail ! Mais bon, c’est le genre d’expérience que je pourrai valoriser pour une prochaine candidature pour un VIE ! Allez, c’est parti !

Première étape de l’aventure : les Alpes ! Heu… Y’a un projet humanitaire ou environnemental là-bas ?! Non, juste le moyen le plus rapide pour financer ces beaux projets ! Quatre mois à travailler dans un restaurant d’altitude, à Courchevel. Puis très vite, un premier petit projet ! Partir protéger les tortues de mer au Mexique pendant trois semaines, avec une association locale. Des gens généreux, mais une organisation limite. Un travail très intéressant mais un encadrement quasi inexistant. Un pays définitivement magnifique mais des conditions de travail et de vie pas toujours des plus évidentes… Trois semaines plus que positives à se bouger pour notre planète ! Mais, c’est décidé : pour notre deuxième expérience, nous partirons avec un organisme qui sait ce qu’il fait !

Et ce fut Projects Abroad ! Dans la lignée du projet de protection des tortues de mer, nous avons choisi un projet d’écovolontariat. Un mois de projet et deux semaines de plus pour visiter la Thaïlande, du 22 septembre au 9 novembre 2011. Avant même de partir, nous connaissions notre emploi du temps sur place : 1 jour consacré aux mangroves, 3 jours de plongée et 1 jour de nettoyage de plage. L’arrivée sur place a été malgré tout un peu tumultueuse : en plein déménagement des volontaires. Ne nous plaignions pas : ce déménagement nous a menés dans un lieu paradisiaque pour le reste de notre projet. Une réelle volonté d’adéquation entre la philosophie du projet et le logement des volontaires qui en dit déjà long sur la qualité et l’envie de l’équipe sur la place ! Et cela ne s’est pas démenti : un mois de vie et de travail en communauté sans un seul accroc ! Chouchoutés par l’équipe, par les locaux et par un travail et des conditions géniales.

La Thaïlande est un pays très riche : une culture et un patrimoine extraordinaires, des paysages très variés et tous à vous couper le souffle, des personnes et un accueil uniques ! Mais c’est également un pays en voie de développement qui est touché de plein fouet par la rapide mondialisation. Cela se traduit très nettement : il n’y a par exemple aucun système de ramassage d’ordures, et pourtant des ordures à tout va ! Des ordures sur la plage, des ordures dans la campagne, dans ordures dans la mer, des ordures sur les routes, des ordures près des maisons… Lors de mon premier nettoyage de plage, nous avons ramassé plus de 370 kg de déchets, en 2h… sur une plage qui paraissait propre par rapport à d’autres !

Il en va de même pour les mangroves : complètement dévastées par le tsunami de 2004, elles restent dans l’exact état depuis 7 ans maintenant ! Rares sont les projets de replantation : avec un jour hebdomadaire dans les mangroves, Projects Abroad est actuellement l’acteur le plus actif dans ce domaine en Thaïlande ! La plongée en mer d’Andaman a forcément été magique. Au-delà de la qualité des sites, c’est aussi la façon de plonger qui a rendu chaque descente unique : plonger de façon responsable et avec une mission spécifique. Plonger, c’est parfois passer 50 minutes à regarder du sable en espérant ne rien y trouver, aucun déchet ; c’est aussi se jeter à l’eau, en surface, pour ramasser les poubelles des autres bateaux. C’est être conscients que rien que par notre présence, nous avons un effet sur le monde qui nous entoure.

Tout au long du projet, j’ai été frappée par ces constats. Et je me suis sentie d’autant plus utile ! C’est ça être écovolontaire : être conscient, être utile, être bien entouré et vivre des instants inoubliables. Une seule ombre au tableau tout de même… Ca a vraiment été trop dur de quitter mon nouveau chez moi, mon « Dawn of Happiness » !

Pauline Haber

Retour à la liste des témoignages

Tell your friends about this page:

Haut de la page ▲
Feedback
Vous semblez intéressé(e) par nos projets! Souhaitez-vous nous en dire plus ?
Avec plaisir! Pas maintenant, merci.